copains d'avant et maintenant

Lieu de convivialité entre membres de la communauté virtuelle
 
AccueilPortailMembresS'enregistrerConnexion
Qui est en ligne ?
Il y a en tout 8 utilisateurs en ligne :: 2 Enregistrés, 0 Invisible et 6 Invités

Claire, Michel Boisjoly

Le record du nombre d'utilisateurs en ligne est de 31 le Lun 1 Mai - 19:42

Partagez | 
 

 Bonjours & Bonsoirs Septembre 2018

Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3
AuteurMessage
Roberto36

avatar

Messages : 1418
Localisation : Montbéliard

MessageSujet: Bonjours & Bonsoirs Septembre 2018   Ven 31 Aoû - 22:07

Rappel du premier message :


 
 
 
 

 
 
 
Origine et histoire du mois de septembre
 
Depuis l'arrivée du calendrier julien, en 46 avant JC, le mois de septembre est le neuvième mois de l'année.
 
Avant cette date , septembre était le septième mois de l'année, d'où l'origine de son nom.
 
Dans l'hémisphère nord, c'est au mois de septembre que l'été se termine, avec l'équinoxe d'automne, entre le 20 et le 22 septembre.
 
A l'équinoxe, le jour et la nuit ont une durée identique de 12 heures.
 
C'est au mois de septembre que commence une nouvelle année scolaire dans les pays de l'émiphère nord.
 
Dans l'hémisphère sud, c'est au mois de septembre que l'hiver se termine, laissant la place au printemps.
 
Quelques évènements ont lieu en septembre :
 
- La fête de la gastronomie, le premier week-end d'automne.
 
- En France, la journée internationale d'hommage aux Harkis, le 25 septembre.
 
Pourquoi le mois de septembre se nomme-t-il ainsi ?
 
Le nom de septembre puise ses origines dans l'ancien calendrier romain, dans lequel il était le septième mois de l'année.
 
Pourquoi le mois de septembre s'appelle-t-il ainsi ?
 
Septembre vient du latin septem, qui signifie sept. D'où september mensis, septième mois.
 
De la même façon, octobre vient d'october mensis, huitième mois, novembre de november mensis, neuvième mois, et décembre december mensis, dixième mois.
 
Cependant, ces appellations ne collent pas : septembre n’est pas le septième mois du calendrier.
 
Septembre était en fait le septième mois de l'ancien calendrier romain.
 
C’est pour cette raison qu'il s'appelait september mensis.
 
Ce calendrier était attribué à Romulus, fondateur de Rome et frère de Rémus.
 
L'année romaine, à l'époque, ne comptait que dix mois et commençait en mars.
 
Ce mois était dédié au dieu de la guerre, parce qu'après l'hiver,
 
c'était le moment où l'on pouvait tranquillement recommencer à aller conquérir les terres de ses voisins.
 

 
 

 
Paire de mois : Le mois de Septembre ou la Parabole du figuier ...
 

 
Septembre et Octobre d'Abel Grimmer sont des variantes des panneaux de la série des douze mois qui se trouve actuellement dans l'église Notre-Dame à Montfaucon.
 
Pour le cycle, le peintre s'est inspiré des œuvres de Hans Bol diffusées par des gravures d'Adrian Collaert de l'Emblemata Evangelica publié par
 
la famille Sadeler en 1585. Les séries de mois ou de saisons font partie de la tradition picturale qui remonte aux premiers temps du Christianisme.
 
Elle s'est notamment manifestée dans les miniatures des livres d'heures chers au XVIème et XVème siècles.
 
Un siècle plus tard, séduits par le thème, les peintres flamands tels que Pieter Bruegel l’Ancien et Lucas van Valckenborch transposent
 
sur des panneaux les calendriers des miniaturistes. À Anvers, Grimmer s’en fait le spécialiste.
 
À travers ces deux panneaux, Abel Grimmer révèle la vision d'un artiste authentique, donnant une interprétation du paysage comme
 
un théâtre où se mêlent scènes religieuses et profanes.
 
Septembre : cette scène automnale représente les travaux des paysans : le mois de septembre est ici à l’honneur.
 
C’est précisément la cueillette de pommes qu’il est possible d’y observer.
 
En même temps, sont représentés le Christ et ses disciples en bas à droite du tableau.
 
La mention LVC.13 est un indice pour la parabole illustrée.
 
Un petit groupe est représenté au premier plan autour du Christ selon le costume juif traditionnel.
 
Voici ce que dit la parabole : « Un homme avait un figuier planté dans sa vigne.
 
Il vint y chercher des fruits et n’en trouva pas. Il dit alors au vigneron : “ Voilà trois ans que je viens chercher des fruits sur ce figuier,
 
et je n’en trouve pas. Coupe–le ; pourquoi donc use–t–il la terre pour rien ?
 
” L’autre lui répondit : “ Maître, laisse–le cette année encore, le temps que je creuse tout autour et que je mette du fumier.
 
Peut–être donnera–t–il des fruits à l’avenir… Sinon tu le couperas ”.
 
Les autres parties de la composition, tel que le paysage ponctué de personnages ainsi que les petites maisons flamandes sont
 
traités de façon contemporaine au siècle du peintre.
 
Octobre est associé à la parabole des vignerons meurtriers relatée par Mathieu au chapitre 21 de son Évangile.
 
Un propriétaire terrien plante une vigne, la ceint d’une clôture et la protège d’une tour de garde.
 
Projetant de voyager, il confie l’entretien de son domaine à des vignerons.
 
Au moment des vendanges, des serviteurs sont envoyés auprès d’eux pour récupérer le fruit de la récolte,
 
mais les vignerons se révèlent être de mauvais hommes qui s’en prennent violemment aux domestiques.
 
D’autres viennent mais le même sort cruel leur est réservé. Finalement, le fils du propriétaire intervient.
 
Cela attise davantage la haine des vignerons qui voient là une occasion de mettre la main sur l’héritage familial.
 
Le fils est ainsi chassé et tué. La parabole se clôt par la question du Christ aux Pharisiens :
 
« Eh bien, quand le maître de la vigne viendra, que fera-t-il à ces vignerons ? ».
 
Ceux-là répondent : « Ces misérables, il les fera périr misérablement. Il donnera la vigne en fermage à d’autres vignerons,
 
qui en remettront le produit en temps voulu ». En s’inspirant du texte sacré qu’il indique par la mention « MATT. 21 »,
 
Abel Grimmer place donc le Christ et deux Pharisiens sur un petit promontoire à l’avant-plan, situation idéale pour observer attentivement
 
le drame se déroulant à leurs pieds. Par leurs tenues antiquisantes, ils se distinguent des autres personnages représentés arborant
 
des costumes paysans contemporains du peintre, hormis le pauvre serviteur pourchassé par ses bourreaux impies.
 
Leur situation dans le tableau ajoute à cette partition de la composition avec d’une part, la référence biblique et d’autre part,
 
la vue panoramique paysagée où le meurtre du fils par les vignerons opère telle une transition dramatique.
 
Avec ces deux paraboles illustrées dans un format important, nous pouvons admirer le talent de dessinateur et de coloriste d’Abel Grimmer,
 
comme son aisance dans la narration figurée d’épisodes bibliques bien connus à son époque.
 
La manière alerte du peintre et sa palette harmonieuse rehaussée de touches vives guident le regard de l’amateur à travers deux compositions emblématiques.
 


Dernière édition par Roberto36 le Dim 30 Sep - 22:23, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas

AuteurMessage
Roberto36



Messages : 1418

MessageSujet: Re: Bonjours & Bonsoirs Septembre 2018   Mer 19 Sep - 6:04





 






L’HOMME est le seul animal qui sait qu’il va mourir et, paradoxalement, il est aussi le seul animal qui rit. 

Y aurait-il un lien mystérieux entre ces deux affirmations : se savoir mortel et pouvoir s’en moquer ?

Dans cette hypothèse, le rire serait une arme défensive contre le tragique de l’existence.

A vrai dire, le rire a de nombreuses fonctions. Il peut être agressif, en blessant et ridiculisant ; 

il peut être grivois, en transgressant les tabous et interdits corporels ; il peut être destructeur, utilisant la dérision et l’humour noir ;

il peut remplir une fonction sociale, en renforçant le lien tribal et la cohésion d’un groupe ;

il peut être intellectuel, en ayant recours aux jeux de mots et aux traits d’esprit ; 

il peut surtout servir de défense contre l’oppression, la persécution, le malheur.
Revenir en haut Aller en bas
Roberto36

avatar

Messages : 1418
Localisation : Montbéliard

MessageSujet: Re: Bonjours & Bonsoirs Septembre 2018   Jeu 20 Sep - 7:46



 
 

 
 
 


 
 


 
Car le rire est une arme non seulement contre la sottise, mais aussi contre la censure et le terrorisme intellectuel.
 
 C’est la voix des sans-voix, l’arme des désarmés. Toutes les victimes l’ont utilisée, de Socrate au soldat Chveik et… à Charlot.
 
La dérision fait vaciller les puissants : mettre les rieurs de son côté, c’est remporter une victoire.
 
On dit que le ridicule tue, et ce « rire qui ridiculise » porte un nom en France : l’« esprit ».
 
 C’est l’aristocrate des rires, né de l’intelligence. Les courtisans ou les intellectuels échangeaient des traits d’esprit
 
 comme des balles de tennis, mieux, comme des flèches meurtrières. Petit jeu très prisé par la cour de Louis XIV,
 
 comme l’a bien montré Patrice Leconte dans son film Ridicule. Jeu féroce, comme le savait Voltaire, qui priait :
 
 « Mon Dieu, rendez mes ennemis bien ridicules ! » Et d’ajouter : « Dieu m’a toujours exaucé. »
Revenir en haut Aller en bas
Roberto36

avatar

Messages : 1418
Localisation : Montbéliard

MessageSujet: Re: Bonjours & Bonsoirs Septembre 2018   Ven 21 Sep - 6:24


 
 

 
 

 
 
 


 
 
 


 
 
Chaque peuple choisit son arme dans l’arsenal du rire, et si les Français ont choisi l’esprit, les Anglais préfèrent l’humour.
 
 Ce dernier est indéfinissable ou « insaisissable » (Paul Valéry). Ce qui n’a pas empêché de nombreuses personnes de tenter l’impossible.
 
Pour William Thackeray, « L’humour est né du mariage de l’esprit et de l’amour » ;
 
et Sacha Guitry de préciser que, « son père est anglais et sa mère latine ». Pierre Daninos y voyait
 
 « une plante gaie arrosée de tristesse », alors que Chaplin parlait de playful pain (douleur enjouée).
 
 Robert Escarpit, qui consacra un livre à la question, est formel : « Jamais ne se terminera le débat esprit-humour.
 
 Molière avait-il de l’esprit ? Voltaire avait-il de l’humour ?
 
Questions oiseuses. Retenons seulement de la généalogie, proposée par Addison, que l’esprit est père de l’humour
 
et que, donc, l’humour c’est l’esprit avec quelque chose de plus. »
Revenir en haut Aller en bas
Roberto36

avatar

Messages : 1418
Localisation : Montbéliard

MessageSujet: Re: Bonjours & Bonsoirs Septembre 2018   Sam 22 Sep - 6:44











Et, ce « plus » pourrait être la compassion. Si l’humour met en scène une situation, un événement ou 

un incident qui fait rire, ou sourire, par son aspect incongru et insolite, c’est un rire compatissant.

On ne se moque pas de quelqu’un, on rit avec lui de quelque chose. Ce qui est loin d’être le cas de l’esprit, de l’ironie ou de la satire, 

lesquels ridiculisent, rapetissent et blessent. Max Jacob distinguait « l’ironie, qui vous dessèche et dessèche la victime »,

de l’humour, « une étincelle qui voile les émotions, répond sans répondre, ne blesse pas et amuse. »

La tradition de l’humour compatissant traverse toute la littérature anglaise. 

Les pèlerins de Chaucer, Falstaff de Shakespeare, Bobadill de Jonson, les personnages de Congreve et Sheridan, 

de Goldsmith et Smollett, de Fielding et Sterne, et surtout la galerie de portraits plus grands que nature chez Dickens :

on a l’embarras du choix. Un humour compatissant, sans doute, mais également critique envers soi-même. 

L’humour anglais est le plus souvent un humour d’autodérision. Comme le dit Vladimir Jankélevitch : 

« L’humour exige de l’homme qu’il se moque de lui-même, pour qu’à l’idole renversée, démasquée, exorcisée,

ne fût pas immédiatement substituée une autre idole. »
Revenir en haut Aller en bas
Roberto36

avatar

Messages : 1418
Localisation : Montbéliard

MessageSujet: Re: Bonjours & Bonsoirs Septembre 2018   Dim 23 Sep - 6:25









 



C’est en cela que l’humour autodénigrant se rapproche de la spiritualité. « L’humour est un mélange d’humeur et d’humilité »,

écrivait François Varillon ; et les plus grands saints — François d’Assise, Thérèse d’Avila, Thomas More, Philippe Neri, François de Sales — 

pratiquaient cette forme d’humour qui dégonfle l’ego. En tant que démystificateur de nos prétentions et de nos illusions, 

l’humour religieux est un moyen d’éviter à l’homme de se prendre trop au sérieux.

L’humour tient une grande place dans le judaïsme — du rire de Sara aux jeux de mots du Talmud —, 

et l’on a pu parler du rôle pédagogique de l’humour juif, voire de « l’enseignement par l’humour ». 

Souvent proche des larmes, l’humour juif n’est pas seulement un mécanisme de défense, il a aussi une valeur thérapeutique.

On se moque de la misère, de la faim, de la persécution pour conjurer sa peur. Le soufisme également, 

école spirituelle et mystique de l’islam, possède une dimension humoristique. Mais il ne s’agit pas de n’importe quel humour.

Le rire à travers lequel le soufi rejoint Dieu n’est pas un éclat de rire, encore moins un fou rire, plutôt un sourire.

Comme le dit le soufi Hujwiri : « Le rire suprême ne rit point./Terrible est son regard./Abyssal, Son amour. »
Revenir en haut Aller en bas
Roberto36

avatar

Messages : 1418
Localisation : Montbéliard

MessageSujet: Re: Bonjours & Bonsoirs Septembre 2018   Lun 24 Sep - 5:38










 








De même, l’humour anglais est « un rire sans rire », qui ressemble plutôt à une sagesse, une philosophie,

voire une spiritualité — bref, une approche de la vie. Le fameux English sense of humour est davantage un état d’esprit —

les scolastiques diraient un habitus (manière d’être) — qu’une qualité acquise. 

C’est une attitude de tolérance et de distanciation face aux drames de la vie et aux facéties du destin. 

Il faut rire pour ne pas pleurer. Non pas béatement, comme Pangloss, pour qui 

« tout est pour le mieux dans le meilleur des mondes possibles », 

mais en opposant volontairement une philosophie optimiste à la fatalité.

En fin de compte, l’humour n’est pas forcément drôle, ni facile, ni confortable. C’est une manière de vivre, un art d’exister.

C’est un moyen de briser les conformismes, de secouer les automatismes qui régissent nos sociétés en les ridiculisant, 

et de contester les systèmes, les idéologies et les bureaucraties qui étouffent la spontanéité et la liberté de pensée.
Revenir en haut Aller en bas
Roberto36

avatar

Messages : 1418
Localisation : Montbéliard

MessageSujet: Re: Bonjours & Bonsoirs Septembre 2018   Mar 25 Sep - 5:44








 



Le rire de Sara

« Sara nie.

– Non, je n’ai pas ri, dit-elle par peur.

Il répond :

– Si tu as ri. ».

Et nie par peur. Mais rire, n’est-ce pas toujours rire à contretemps ? et insolemment ? et tomber finalement sous la menace ? 

« Non, je n’ai pas ri ! » Mais, entre-temps aussi, vous m’avez inspiré la peur parce que vous m’avez refusé le droit 

non point de rire, mais de rire parce que votre propos était absurde, ou parce que vous me proposiez de l’invraisemblable. 

Le rire qui engendre le déni, comme si, tôt ou tard, il perdait toute justesse, toute pertinence, la peur ayant joué son rôle, 

celui d’empêcher la vie de s’exprimer, de dire non à l’absurde, à l’invraisemblable, pour retrouver son cours normal, 

celui du quotidien, qui exclut absurdité et invraisemblance sous peine d’être invivable.

Comment mènerait-on les troupeaux, planterait-on la tente, se reposerait-on, si l’absurde et l’invraisemblable advenaient ?

Et vous voudriez m’empêcher de rire ? Allons ! c’est le seul moyen de retrouver le cours normal des choses,

l’ordre normal des âges, de les rappeler à la vérité, cette vérité simplement humaine qui fait rire en silence

pour ne point trop s’apitoyer sur la fatalité du sort, ou sur soi-même.
Revenir en haut Aller en bas
Roberto36

avatar

Messages : 1418
Localisation : Montbéliard

MessageSujet: Re: Bonjours & Bonsoirs Septembre 2018   Mer 26 Sep - 6:28








 





Ainsi passe le rire, du doute et de l’insolence, de la peur et du déni, à la reconnaissance, à sa vérité qui assure la réalité, 

la réussite de la vie. Et la parole change de camp. Elle n’est plus seule parole de Dieu qui fait trembler.

Elle est aussi parole de femme, d’une très vieille femme qui a ri et rit encore dans sa vieillesse et de sa vieillesse,

de ce qui lui arrive, et surtout de ce fils impossible qui est là, avec son nom, son histoire, 

les récits qui nous permettent de rire à notre tour, sur le conseil — sinon l’ordre, maintenant — de Sara : – 

Je ferai rire qui l’apprendra. Et passe le temps. « L’enfant grandit, est sevré, et ce jour-là Abraham fait un grand festin.

Sara voit rire le fils que Hagar, l’Egyptienne, a donné à Abraham. – Chasse-les ! Cette servante et son fils, dit-elle à Abraham. 

Le fils de cette servante n’héritera pas avec Isaac, mon propre fils ! » 

Il ne faudra pas trop du calme d’Abraham pour apaiser celle qui soudain ne sait plus rire parce qu’un autre a ri, 

le fils naturel, comme si ce fils arrachait le rire à l’autre fils, le légitime, celui qui porte un nom de rire justement, Isaac.

Et cette bonne vieille Sara de perdre le rire, trop les pieds sur terre cette fois — « il n’héritera pas ! » —, 

crevant, sans rire cette fois, de jalousie.
Revenir en haut Aller en bas
Michel Boisjoly

avatar

Messages : 36654
Localisation : Paris

MessageSujet: Re: Bonjours & Bonsoirs Septembre 2018   Mer 26 Sep - 7:09

Sarah ayant enfanté à 60 ans ,elle n'a pas dû rire.
Revenir en haut Aller en bas
Roberto36

avatar

Messages : 1418
Localisation : Montbéliard

MessageSujet: Re: Bonjours & Bonsoirs Septembre 2018   Jeu 27 Sep - 6:26




 
 
 
 

 

 
 

 
 
Mais le temps passera sur la désolation d’Abraham comme sur la jalousie de Sara qui peut rire, la jalousie oubliée, pour l’éternité, et
 nous faire entrer dans son rire, nous qui avons appris l’histoire, sans rire d’abord, parce que… parce que…
Quoi, au fait ?
 Les Saintes Ecritures interdiraient-elles de rire ? Mais non, justement, puisqu’en leur début —
 pas le tout premier début, accordons-le — elles placent le rire de cette vieille femme trop réaliste pour croire n’importe quoi.
Revenir en haut Aller en bas
Roberto36

avatar

Messages : 1418
Localisation : Montbéliard

MessageSujet: Re: Bonjours & Bonsoirs Septembre 2018   Ven 28 Sep - 5:37



 
 
 
 

 

 
 

 
Et l’enfant deviendra homme, et la vieille femme finira bien par mourir, comme tout le monde.
 
Mais comment oublier — ou ne pas imaginer — qu’elle a dû rire longtemps de ce gosse criard,
 
affamé, vigoureux et sûrement rigolard ? Certes, Isaac n’a pas gardé grand-chose de ce rire maternel,
 
avec un père qui l’emmena, jeune garçon encore, en une étrange promenade avec couteau,
 
fagot de bois, mais sans victime de sacrifice. Et comment rire quand on porte le poids d’une vieille promesse,
 
que des jumeaux s’empoigneront dès le sein maternel, et que l’un des deux, trop malin pour l’autre trop fruste,
 
le roulera de cynique façon dans son âge extrême ?
 
Qu’importe, il demeurerait l’enfant du rire, celui d’abord d’une vieille femme sans illusion,
 
avant que cette vieille femme n’ait plus qu’à se réjouir de faire rire à son tour.
 
Mais l’enfant est là, la vie a réussi. Alors, pourquoi avoir peur ? Pourquoi mentir ? Pourquoi ne pas rire ?
 
 
Revenir en haut Aller en bas
Marie-Hélène

avatar

Messages : 57056
Localisation : Plouescat

MessageSujet: Re: Bonjours & Bonsoirs Septembre 2018   Ven 28 Sep - 9:11

Ce qui me fait rire c'est que cette histoire serait datée (?????) de 2.000 ans avant J.C (Abraham)et que l'apparition de l'homme :

"Il y a 2,5 millions d'années, Homo habilis apparait en Afrique de l'Est : c'est la première espèce humaine. Son nom veut dire “homme habile” parce qu'il fabrique des outils simples. Il y a 1,8 million d'années, un nouvel humain apparait : Homo erectus."


et que j'espère vu le bienfait du rire qu'il a pu rire aussi !!!!!!
Revenir en haut Aller en bas
http://copain-d-avant-et-ma.forumgratuit.org/
Roberto36

avatar

Messages : 1418
Localisation : Montbéliard

MessageSujet: Re: Bonjours & Bonsoirs Septembre 2018   Sam 29 Sep - 5:43



 
 

 
 

 
 

 
Le rire à vif
 
LE RIRE s’immisce parfois avec bonheur dans l’expression du chagrin.
 
Les cimetières sont, dit-on, les fidèles témoins de ce phénomène.
 
Ce sursis qu’il réclame serait propre à ceux qui savent à quoi ils ont, cette fois encore, échappé.
 
C’est plus que probable.
 
Je me rappelle avoir eu un accident de voiture avec ma mère, il y a une vingtaine d’années.
 
C’était sur une route de campagne, en pleine nuit. Il pleuvait des cordes.
 
A un croisement, une voiture déboule. Collision. Une fois ravalée notre stupeur,
 
après avoir constaté que personne n’était blessé et fait la déposition aux gendarmes,
 
nous poursuivons notre route dans l’automobile cabossée, dont une vitre brisée laisse entrer l’eau par rafales.
 
A nos tremblements de froid se mêlent ceux d’une peur rétrospective intense.
 
Et pourtant, nous ne cessons de rire. Avec une gaieté aussi certaine qu’incongrue,
 
comme deux revenantes naviguant dans leur vaisseau-fantôme et qui s’offriraient le spectacle de leur errance depuis
 
un outre-tombe imaginaire. Véritable fiction jouée à la faveur d’un drame dont nous savions qu’il aurait pu être fatal.
 
Et dont nous étions sorties — indemnes.
 
Revenir en haut Aller en bas
Marie-Hélène

avatar

Messages : 57056
Localisation : Plouescat

MessageSujet: Re: Bonjours & Bonsoirs Septembre 2018   Sam 29 Sep - 6:08

Je crois que c'est ça le nommé "Rire nerveux"....Une soupape contre le stress ?????????
Revenir en haut Aller en bas
http://copain-d-avant-et-ma.forumgratuit.org/
Roberto36

avatar

Messages : 1418
Localisation : Montbéliard

MessageSujet: Re: Bonjours & Bonsoirs Septembre 2018   Dim 30 Sep - 6:13



 
 

 
 
 

 
 

 
 
 
Ce rire-là — consécutif à une déflagration — en était en quelque sorte l’écho mimétique.
 
A cela, pourtant, rien d’exceptionnel. Jusque dans ses manifestations les plus banales, le rire relève de l’accident, de l’écart, du dérapage 
 
Les émissions dans lesquelles les rires sont préenregistrés,.... On éclate, on explose, on se gondole, on se tord de rire.
 
On peut même se dire « mort de rire » — du moins, tant qu’on n’y a pas succombé vraiment, comme il arriva, paraît-il,
 
à une dame lors d’un spectacle de Raymond Devos. On rit parfois au point d’en pleurer, d’avoir le souffle coupé…
 
Ces désordres, qui paralysent les fonctions rationnelles, font aussi goûter aux délices de l’égarement,
 
de l’imbécillité, d’une certaine folie. Tout ce dans quoi chacun redoute habituellement de se perdre.
 
Aussi faut-il sans doute, pour s’abandonner sans crainte à de tels débordements, que
 
la menace qu’ils représentent ait été auparavant désamorcée. En des occasions autrement sérieuses, où, justement,
 
ça ne rigole pas. S’être sorti de mauvais pas, sinon indemne, du moins intègre.
 
La mémoire tient l’inventaire de toutes les perditions — périls, passions, souffrances physiques et morales —
 
dont chacun a pu réchapper. A commencer par la venue au monde, cette rupture inaugurale avec la plénitude du rien et du nulle part.
 
Rire consisterait alors à revivre l’expérience de la dépossession, sous une forme théâtrale et métaphorique.
 
A travers ces convulsions, ces mimiques grotesques, il s’agirait de rejouer — et de se jouer de —
 
quelque chose qui a déjà eu lieu et d’en entériner le dépassement.
 
L’être signifierait par là sa souveraineté sur les événements, sa victoire sur son destin.
Revenir en haut Aller en bas
Marie-Hélène

avatar

Messages : 57056
Localisation : Plouescat

MessageSujet: Re: Bonjours & Bonsoirs Septembre 2018   Dim 30 Sep - 6:35

C'est vrai l'expression "rire aux larmes" existe et je ne veux pas évoquer les accidents que ça pouvait provoquer chez les dames  !!!!!
Revenir en haut Aller en bas
http://copain-d-avant-et-ma.forumgratuit.org/
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Bonjours & Bonsoirs Septembre 2018   

Revenir en haut Aller en bas
 
Bonjours & Bonsoirs Septembre 2018
Revenir en haut 
Page 3 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3
 Sujets similaires
-
» Salon du modélisme DINAN les 15 et 16 septembre 2018
» [Septembre 2017] Birchbox 
» [Septembre 2017] My Little Box "La Vie en Rouje Box"
» élections sénatoriales fixées au 21 septembre
» BILAN SEPTEMBRE/OCTOBRE (edit avec photos)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
copains d'avant et maintenant :: ACTUALITÉS-
Sauter vers: