copains d'avant et maintenant

Lieu de convivialité entre membres de la communauté virtuelle
 
AccueilPortailMembresS'enregistrerConnexion
Qui est en ligne ?
Il y a en tout 1 utilisateur en ligne :: 0 Enregistré, 0 Invisible et 1 Invité

Aucun

Le record du nombre d'utilisateurs en ligne est de 31 le Lun Mai 01 2017, 21:42

Répondre au sujetPartagez | 
 

 Patére ,mais il s'agit de sainte Patére .

Aller en bas 
AuteurMessage
Rosie

avatar

Messages : 41905
Localisation : Danizy

MessageSujet: Patére ,mais il s'agit de sainte Patére .   Sam Jan 27 2018, 17:55

Il est un substantif, honnête et banal autant que modeste, dont l'origine relève cependant de la plus esbaudissante truculence : le mot «patère». Vous savez, ce machin après quoi l'on oublie sa gabardine, là où les gens qui en portent encore suspendent leur chapeau.
Ce vocable signifie aussi (Larousse dixit) des ustensiles fixés au mur, et qui servent à soutenir les rideaux. On veut faire dériver patère de patera, mot latin qui désigne tout autre chose. Eh bien, pas du tout.
La «patera» était, chez les Romains, un vaisseau ressemblant à une soucoupe, peu profond et destiné aux libations. Sa forme rappelle nos actuels «tastevins». Sous prétexte que ces récipients étaient le plus souvent ornés de ciselures, on voulut les assimiler aux cabochons de métal embouti que l'on cloue parfois sur l'extrémité des patères : tout ceci pour justifier une étymologie «tirée par les cheveux». Vous vous méprenez, messieurs de la Sorbonne : cette fois encore, c'est Paris qui a raison.
Adoncques, il était autrefois, dans l'«île aux Singes», une langue de verdure qui, au-delà des Gobelins, partageait en deux notre vieille amie la Bièvre, des constructions de bois et de branchages. Le terrain était à tout le monde : et les riverains qui disposaient de quelques loisirs aimaient à venir se prélasser de temps à autre dans ce lieu calme et ombragé.
Or, en un temps que je crois pouvoir situer aux environs de 1350, un prêtre séculier dont la postérité ne nous a point légué le patronyme, faisait retraite en cette île durant la belle saison. Robinson d'avant la lettre, il vivait chichement dans une cahute par lui construite, et s'adonnait à de profondes et sévères méditations. Il ne dédaignait point, lorsque le temps était chaud, de s'aller livrer, dans les eaux de la rivière, à de dévotes ablutions. Peu d'humains vivaient en ce lieu ; et le prêtre à l'âme pure, n'ayant rien à cacher au Créateur, se baignait dans le plus simple appareil, en gardant toutefois, suprême déférence, son chapeau.
Des ronces, des broussailles formaient de touffus promontoires, et les rives de l'île étaient ainsi bordées de criques charmantes où l'on se sentait chez soi, dans l'intimité confiante des premiers âges.
Un jour, le prêtre s'aventura un peu plus loin que n'eût dû lui permettre le rideau de feuillage. Il n'avait de l'eau que jusqu'à mi-cuisses. Et là, il se trouva nez à nez, si l'on peut ainsi dire, avec deux adorables naïades - comme si Ève eût eu une sœur jumelle. La surprise immobilisa, pour un temps, nos sirènes. Peut-être aussi je ne sais quelle curiosité... Les voies du Seigneur sont impénétrables. Cette vision à lui offerte n'était-elle point l'une des tentations contre quoi l'Évangile nous met en garde ?
Deux soucis assaillirent l'esprit du prêtre : celui de déférer aux liminaires préceptes de pudeur : celui aussi d'implorer Dieu qu'il ne le laissât point succomber et délivrât son esprit de tous ses désirs impurs.
Fortement troublé, il ôta son chapeau, qu'il plaça où le lui commandaient d'éternels principes, joignit les mains au-dessus de sa tête, et en toute humilité récita : Pater noster qui es in cœlis...
Alors s'accomplit le miracle : ô l'ineffable vigilance du Seigneur omniprésent ! Le chapeau resta en place. Adveniat regnum tuum...
La merveilleuse action du Pater prononcé en d'aussi dramatiques circonstances confirma notre prêtre dans ses édifiantes convictions.
Dans l'île même, il bâtit, de ses mains, une chapelle dont il orna le fronton d'un visage féminin rayonnant de divine pureté. Et la chapelle fut dédiée à «Sainte Patère». Nul ne lui tint rigueur d'avoir improvisé, à l'intention de Sainte Nitouche, une sœur cadette...
Chez les Élus aussi, il doit y avoir une «Compagnie Hors-Rang»... J'ai retrouvé, jusque dans les grimoires de la fin du XVIe siècle, mention des vestiges de la chapelle «Sainte-Patère». J'éprouve pour la petite sainte une tendre vénération. Vers elle vont mes pensées, chaque fois que j'accroche mon imperméable. [size=undefined] (Jacques Yonnet)[/size]
Revenir en haut Aller en bas
http://copain-d-avant-et-ma.forumgratuit.org/
Michel Boisjoly

avatar

Messages : 36384
Localisation : Paris

MessageSujet: Re: Patére ,mais il s'agit de sainte Patére .   Sam Jan 27 2018, 18:17

Votre histoire est marrante mais Patère était un homme. Je préfère votre histoire de la patère du curé évidemment.
Revenir en haut Aller en bas
Kris

avatar

Messages : 1892

MessageSujet: Re: Patére ,mais il s'agit de sainte Patére .   Sam Jan 27 2018, 21:15

d'où cette phrase fameuse qui ouvre la prière du "Notre Père"

"Patère" noster qui est in caelis.....

etc etc
mort de rire mort de rire mort de rire mort de rire mort de rire mort de rire mort de rire mort de rire
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Patére ,mais il s'agit de sainte Patére .   

Revenir en haut Aller en bas
 
Patére ,mais il s'agit de sainte Patére .
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» besoin de comprendre..
» mais qui était le parachutiste de Sainte-Mère-Eglise
» Je perds, mais pas que du poids ... (régime et dérèglements... féminins)
» La Généalogie à la Foire Sainte Croix à Sainte Hélène
» ma fille réagit mal aux enfants de la garderie

Permission de ce forum:Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum
copains d'avant et maintenant :: DIVERS-
Répondre au sujetSauter vers: