copains d'avant et maintenant

Lieu de convivialité entre membres de la communauté virtuelle
 
AccueilPortailMembresS'enregistrerConnexion
Qui est en ligne ?
Il y a en tout 2 utilisateurs en ligne :: 0 Enregistré, 0 Invisible et 2 Invités

Aucun

Le record du nombre d'utilisateurs en ligne est de 31 le Lun Mai 01 2017, 21:42

Partagez | 
 

 Les Bonjours & Bonsoirs Novembre

Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2, 3, 4  Suivant
AuteurMessage
BOB Morane

avatar

Messages : 820

MessageSujet: Les Bonjours & Bonsoirs Novembre   Mer Nov 01 2017, 00:38


 

 
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
 
 
 

 
 
Novembre est le onzième mois de l'année du calendrier grégorien, constitué de 30 jours.
 
Les journées vont redevenir froides et courtes.
Dès 17 heures il fait nuit.
Certaines années et en avance sur la saison l'hiver fait son apparition.
Pas de neige pourtant mais un froid sec et de fortes gelées.
Dès la fin novembre, les plantations de peupliers peuvent débuter, […]. À l’exception toutefois des stations où la nappe remonte près de la surface en hiver.
Dans ces parcelles, mieux vaut attendre mars, voire avril. —
 
Novembre et ses évènements à dates fixes:
 
Toussaint : célébrée le 1er novembre, au cours de laquelle sont honorés tous les saints reconnus par l'Église catholique romaine, y compris ceux qui ne sont pas sur le calendrier.
Il ne faut pas confondre la Toussaint avec la Fête des morts.
 
Fête des morts : l'Église catholique romaine commémore les fidèles défunts le 2 novembre. Au Mexique, sous le nom de el día de los muertos,
a lieu un ensemble de célébrations de nature religieuse, commémorative et festive, destinées à honorer les défunts et à défier la mort.
Dans l'Église catholique, le mois de novembre est lui-même consacré aux morts, en plus du jour particulier de la fête des morts qui a lieu le 2 du mois.
Guy Fawkes Night : cette fête britannique commémore l'échec de la conspiration des poudres, le complot d’un groupe de catholiques sous la direction de
Guy Fawkes visant à faire exploser, le 5 novembre 1605, lors de la présence du roi protestant Jacques Ier, le Parlement de Westminster, avec trente-six barils de poudre.
 
Armistice : date anniversaire de la fin de la Première Guerre mondiale, le 11 novembre.
 
Journée internationale des droits de l'enfant : célébrant l'anniversaire de la signature de la Convention internationale des droits de l'enfant, le 20 novembre.
 
La fête de la Sainte-Catherine : le 25 novembre.
À cette date, une tradition québécoise veut que l'on mange de la tire à la mélasse, friandise aussi connue sous le nom de tire de la Sainte-Catherine.
 
Journée internationale pour l'élimination de la violence à l'égard des femmes:
 
Beaujolais nouveau : tous les 3e jeudis du mois sort le beaujolais primeur, dit beaujolais nouveau.
 

 
 
Dictons du mois et interprétations
 
Ces dictons traditionnels, parfois discutables, ne traduisent une réalité que pour les pays tempérés de l'hémisphère nord.
 
« Novembre chaud au début, froid à la fin », « Novembre, mois des brumes, par devant réchauffe et par derrière refroidit. »
 
Le début de novembre marque l'été de la Saint-Martin.
 
« Le vent de novembre arrache la dernière feuille », « quand il gèle en novembre, l'herbe part comme tendre. »
 
Au contraire le mois peut marquer les premières gelées.
 
« En novembre s'il tonne, l'année sera bonne », « quand en novembre il a tonné, l'hiver est avorté », « Brouillard en novembre, l'hiver sera tendre. »
 
Le temps de novembre annonce celui des mois suivants.
 
« En novembre, bon paysan va vendre son poulain. »
 
« Quand en novembre la pluie noie la terre, ce sera du bien pour tout l'hiver. »
 
 
     


Dernière édition par BOB Morane le Ven Déc 01 2017, 00:26, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
BOB Morane

avatar

Messages : 820

MessageSujet: Re: Les Bonjours & Bonsoirs Novembre   Mer Nov 01 2017, 00:39


 
 
 
 
 
 

 
 

 
Ne confondez pas "jour des Saints" férié et "jour des morts"
 
TOUSSAINT - On associe souvent Jour des morts et Toussaint alors qu'en fait, ces deux dates diffèrent.
 
Vous serez peut être surpris : c'est le 2 novembre qui correspond au "jour des morts" ou "All soul's day" (fête de toutes les âmes) dans la religion chrétienne !
C'est pourtant bien souvent la date de la Toussaint, le 1er novembre (un mercredi en 2017), qui fait office, pour la plupart des Français et européens,
de jour de la commémoration des morts.
Dans l'Hexagone, les familles profitent alors du jour férié pour se rendre dans les cimetières dès le 1er novembre, sur les tombes des proches disparus, et y déposer des chrysanthèmes.
Il n'empêche que le vrai "jour des morts" tombe le 2 novembre, né dans des communautés de moines bénédictins il y a plus de mille ans et propagé avec l'accord des papes en Europe.
 
Célébrée en Europe, la Toussaint fusionnée par l'usage avec la Fête des morts, est aussi commémorée dans le monde entier.
Au Mexique par exemple, on célèbre les défunts le 2 novembre, et c'est avant tout un jour festif. Si cette date symbolique est considérée comme un jour de deuil chez nous,
à l'autre bout du monde, les manifestations sont en effet beaucoup plus joyeuses.
Au Mexique toujours, le Jour des morts est une célébration familiale, car les Mexicains considèrent que c'est une joie de rendre visite aux morts.
Ce jour-là, les défunts reviendraient sur Terre pour recevoir les offrandes des vivants.
Les familles se réunissent pendant deux jours et cuisinent des plats typiques comme la tête de mort en sucre ou le "pan de los muertos", le "pain des morts".
C'est une fête qui réunit des millions de personnes. À Madagascar, cette date marque surtout la fin de la saison sèche et le début des pluies.
Les familles malgaches se rendent ensemble au tombeau et déterrent les morts pour faire la fête avec eux.
Le Japon est le pays où fleurissent les chrysanthèmes. Cette fleur est l'emblème de l'Empire japonais et les familles se rendent sur la tombe de leurs ancêtres.
Un hommage très sobre, lorsqu'on compare avec la Sicile. Véritable fête, le Jour des morts est consacré aux enfants, qui sont gâtés de bonbons.

Les familles se rendent avec leurs progénitures dans les catacombes pour qu'ils puissent toucher les os et garder un contact avec la mort.
Revenir en haut Aller en bas
Marie-Hélène

avatar

Messages : 57019
Localisation : Plouescat

MessageSujet: Re: Les Bonjours & Bonsoirs Novembre   Mer Nov 01 2017, 07:53

Très suivis ces jours du 1 et 2 Novembre en Bretagne ....Tout au moins les plus âgés !!!
Revenir en haut Aller en bas
http://copain-d-avant-et-ma.forumgratuit.org/
BOB Morane

avatar

Messages : 820

MessageSujet: Re: Les Bonjours & Bonsoirs Novembre   Jeu Nov 02 2017, 08:13


 
 
Jeudi deux
 
 

 
 
Que commémore-t-ton le jour des défunts ?
 
Le  2 novembre, après avoir célébré tous les saints, les catholiques prient pour leurs défunts.
Dans la lumière de la Toussaint, cette journée est pour les chrétiens l’occasion d’affirmer et de vivre l’espérance en la vie éternelle donnée par la résurrection du Christ.
C’est bien pour signifier cela, qu’à l’occasion de ces célébrations, un grand nombre de personnes se rendent dans les cimetières pour honorer leurs proches disparus et fleurir leur tombe.
 
Que signifie cet enchaînement Toussaint - Fête des morts ?
Le lendemain, le 2 novembre, les chrétiens se réunissent à nouveau, cette fois-ci pour prier pour les défunts qui ne sont pas encore au Paradis.
En effet, pour voir Dieu, il faut être « saint ». Si nous ne le sommes pas encore au soir de notre vie, mais que nous portons malgré tout ce grand désir de Dieu en nous et
que nous accueillons son pardon, il nous sera donné de vivre ce temps du « purgatoire ».
Dieu achèvera de nous préparer à entrer dans la joie du Ciel, en finissant de nous purifier lui-même de tout ce qui restera de péché en nous.
C’est une preuve de sa bonté : c’est comme s’Il nous apprêtait lui-même pour que nous soyons vraiment prêts, décapés de toute séquelle du mal,
de toutes nos blessures, de tous nos manques de fidélité.
Revenir en haut Aller en bas
Marie-Hélène

avatar

Messages : 57019
Localisation : Plouescat

MessageSujet: Re: Les Bonjours & Bonsoirs Novembre   Jeu Nov 02 2017, 08:20

Bisous Pour moi les défunts de ma famille,j'y pense toute l'année ,mais plus ces premiers jours de novembre et surtout ,pas de tombes ici,donc je m'en souviens comme lorsqu'ils étaient en vie .
Revenir en haut Aller en bas
http://copain-d-avant-et-ma.forumgratuit.org/
BOB Morane

avatar

Messages : 820

MessageSujet: Re: Les Bonjours & Bonsoirs Novembre   Ven Nov 03 2017, 08:06


 
Vendredi 3  
 
 

 
 
 
Chef d'Etat et Chanoine d'honneur
 

 
« Chaque nouveau président de la République est nommé chanoine honoraire de la basilique Saint-Jean-de-Latran.
Quelle est l’origine de cette tradition ?
Quels sont les présidents qui ont accepté cette charge au cours de la Ve République ? Est-ce le pape qui les invite ? »
 
Autant de questions qui demandent réponses.
 
La basilique Saint-Jean-de-Latran, propriété du Vatican, est l’une des quatre basiliques majeures de Rome. Mais c’est du côté de l’abbaye bénédictine Saint-Pierre-de-Clairac, située dans le Lot-et-Garonne, qu’il faut rechercher l’origine de cette tradition. Les moines produisaient et vendaient leurs productions de blé, vins et autres denrées à Bordeaux. En 1483, Louis XI fit don des revenus tirés de ce commerce à la basilique Saint-Jean-de-Latran pour permettre sa restauration. Progressivement, les conflits issus de la Réforme protestante firent tomber ce droit dans l’oubli. Au début du XVIIe siècle, le chapitre de la basilique Saint-Jean-de-Latran, se disant créancier des rois de France, le revendiqua auprès d’Henri IV, qui accepta la demande. Cet accord scellait ainsi la reprise du dialogue entre le Royaume de France et le Saint-Siège, au terme de près de quarante années de guerres de religion. En retour, le roi fut nommé « premier et unique chanoine d’honneur » de la basilique.
Le pape Paul V confirma l’union par une bulle en 1605. Henri IV la ratifia l’année suivante. Une statue à son effigie, sculptée par Nicolas Cordier en 1608, fut érigée dans la basilique. Depuis 1604, une messe « pour la prospérité de la France » y est dite chaque année, vers le 13 décembre, date de naissance d’Henri IV.
Depuis, les rois et les présidents français portent ce titre prestigieux avec l’unique privilège de pouvoir entrer dans la basilique à cheval.
Cependant, cette distinction s’est perdue dans les méandres de l’histoire jusqu’à ce que René Coty (IVe République) l’exhume en 1957. Sous la Ve République, certains chefs d’Etat français sont allés à Rome pour prendre possession de leur stalle : le général De Gaulle en 1967, Valéry Giscard d’Estaing en 1978, Jacques Chirac en 1996 et Nicolas Sarkozy en 2007. Georges Pompidou, François Mitterrand et François Hollande ont accepté le titre, sans se rendre à Rome pour la cérémonie d’intronisation.

A la fin du mois de mai, comme le veut la tradition, le chapitre de la basilique a félicité le nouveau chef d’État français, Emmanuel Macron, l’invitant à venir prendre possession de son titre à Rome. La missive était signée par le vicaire Mgr Luca Brandolini et le chanoine français Mgr Louis Duval-Arnould. À ce jour, cette invitation n’a pas été honorée.
Revenir en haut Aller en bas
Marie-Hélène

avatar

Messages : 57019
Localisation : Plouescat

MessageSujet: Re: Les Bonjours & Bonsoirs Novembre   Ven Nov 03 2017, 10:07

super 

Macron rentrant à cheval dans la basilique
Revenir en haut Aller en bas
http://copain-d-avant-et-ma.forumgratuit.org/
BOB Morane

avatar

Messages : 820

MessageSujet: Re: Les Bonjours & Bonsoirs Novembre   Sam Nov 04 2017, 08:02

4  
 
 
 

 
 
 
les temps forts de la belle époque
 
« La période que l’on qualifia de Belle Époque a-t-elle commencé au moment des expositions universelles ?
En quoi s’est-elle particulièrement distinguée ?
Peut-on parler d’essor économique, de mode particulière ou de remous politiques ? »
 
 

La Belle Époque fut marquée par de nombreuses innovations présentées, entre autres, lors des expositions universelles à partir de 1885. On apprivoisait progressivement l’électricité et le cinéma. La radio, le téléphone, le phonographe entraient dans certains foyers. De nouveaux moyens de transport (automobile, avion) faisaient la une des journaux, mais le cheval était encore le maître du pavé des villes. On parlait beaucoup des découvertes médicales de Pierre et Marie Curie.
On a aussi retenu de cette période les extravagances de la mode féminine : robes jusqu’aux chevilles, manches gigot (bouffantes au-dessus du coude), taille très marquée par le corset énergiquement ficelé, chapeaux invraisemblables. La mode masculine n’était d’ailleurs pas en reste avec l’habit couvrant le caleçon long et la chemise à plastron flottant amidonné avec un col en celluloïd ressemblant à une minerve. Le chapeau claque ou gibus huit-reflets (haut-de-forme en soie) était de rigueur. La production artistique était tarabiscotée ; on fréquentait les caf’conc et on allait applaudir le french cancan.
Pourtant, cette apparence tapageuse masquait bien des vicissitudes qui ne cadraient pas avec l’épithète de « Belle Époque » créé a posteriori. La moitié des Français actifs peinaient en agriculture, les ouvriers travaillaient au moins dix heures par jour pour un salaire de misère, les gens de maison servaient au rabais. La couverture sociale n’existait pas. La France connaissait cependant une grande stabilité monétaire. La rente perpétuelle 3 % faisait vivre bien des « rentiers » et l’immobilier nourrissait nombre de propriétaires. Les paiements s’effectuaient en monnaie métallique bien trébuchante ! Mais la plupart des maisons bourgeoises n’avaient pas l’embryon des éléments de confort d’une habitation à loyer modéré actuelle en matière de chauffage, d‘éclairage et de sanitaires.
Les « affaires » (Dreyfus, Boulanger…) défrayaient la chronique. La séparation des Églises et de l’État secouait le pays, le projet de création d’un impôt progressif faisait grincer des dents. On vit apparaître des grèves, la lutte des classes s’instituait et le danger germanique amenait un service militaire à trois ans.
Alors, « Belle » cette époque ? Sans doute un souvenir romantique au sortir d’une guerre cruelle qui avait semé deuils, misères, ruines, endettement et dévaluations… Un nouveau conflit, en 1914, signifia la fin de ces années effervescentes
 
 
 
Revenir en haut Aller en bas
Marie-Hélène

avatar

Messages : 57019
Localisation : Plouescat

MessageSujet: Re: Les Bonjours & Bonsoirs Novembre   Sam Nov 04 2017, 12:15

Belle époque pour certains !!!!Mais pas pour les autres !!!!Rien de changé ! en colère
Revenir en haut Aller en bas
http://copain-d-avant-et-ma.forumgratuit.org/
BOB Morane

avatar

Messages : 820

MessageSujet: Re: Les Bonjours & Bonsoirs Novembre   Dim Nov 05 2017, 00:06

 5        

 
 
 

 
 
 
saint louis, patron des coiffeurs
 
« Je sais que le patron des coiffeurs est saint Louis. qu'elle en est la raison la raison ? »
 
 

 
Nous avons trouvé deux explications à ce patronage a priori étonnant, sans pouvoir vous garantir l’authenticité absolue de l’une ou de l’autre. Lors de sa fondation, la confrérie des perruquiers se mit en quête d’un protecteur et, comme aucun des saints figurant au calendrier n’avait un rapport, proche ou lointain, avec cet art, elle adopta le saint du jour qui était saint Louis. La seconde hypothèse s’appuie sur un fait précis : les cheveux de Blanche de Castille, mère du saint roi, commençant à grisonner, les princes lui offrirent leurs cheveux pour lui faire confectionner une perruque. Le jeune roi Louis eut à cœur de se joindre à cette action, ce qui le qualifia pour devenir le protecteur de la corporation des perruquiers. Doit-on penser que cette explication est « tirée par les cheveux » ?
 
 
 
 
 

 
Revenir en haut Aller en bas
Marie-Hélène

avatar

Messages : 57019
Localisation : Plouescat

MessageSujet: Re: Les Bonjours & Bonsoirs Novembre   Dim Nov 05 2017, 10:37

bjr

Que voilà un sujet stressant qui a trouvé une réponse .....Enfin !!!!

Merci Bob pour les sujets divers que tu nous déniches !!!!
Revenir en haut Aller en bas
http://copain-d-avant-et-ma.forumgratuit.org/
BOB Morane

avatar

Messages : 820

MessageSujet: Re: Les Bonjours & Bonsoirs Novembre   Lun Nov 06 2017, 00:18


 
 
    
 
 

 
 

 
 
Jérusalem, le jour et la nuit
 
C’est assurément le plus beau marché de la ville sainte. Là où une partie de la population vient se ravitailler.
Le shouk Mahane Yehuda se transforme, le soleil couché, en lieu de fête pour une jeunesse branchée en quête d’évasion.
 

 
Un condensé culinaire et culturel de tout le Moyen-Orient.
 
 

 
Une place forte du commerce local. Le soir, les bars supplantent les échoppes traditionnelles et la musique envahit le marché.
 

 
Par Sébastien Michaux
 
Un enivrant tourbillon de couleurs comme de senteurs. L’orient s’étale ici, au gré des échoppes alignées les unes à côté des autres. Bienvenue au marché Mahane Yehuda, condensé culinaire et culturel du Moyen-Orient. Un déluge d’abondance de produits et de spécialités en tous genres : mezze, fromages, collines d’épices, fruits… À l’extérieur du vieux Jérusalem, peuplé de boutiques multiples où se pressent les touristes, nous voilà donc, au bout de la longue route de Jaffa, du nom de cette grande artère qui se pratique à pied tant les surprises pullulent, dans le quartier de Mahane Yehuda. Lequel a donné son nom au « ha shouk » (le marché en hébreu).
Ici, à Jérusalem ouest, l’urbanisation est plus récente. Mahane Yehuda fut fondé en 1887 et c’est l’un des premiers quartiers hors-les-murs ancestraux de la ville sainte. À cette époque, émergent une quinzaine de stands tenus par des familles juives et musulmanes. On y vend toutes sortes de choses. Le shouk est né. Mais c’est lorsque, trois décennies plus tard, les nouvelles autorités britanniques décident d’en faire, architectes à l’appui, un vrai projet, que le marché Mahane Yehuda se développe véritablement pour devenir ce qu’il est aujourd’hui : une place forte du commerce où se presse quotidiennement une foule bigarrée. Un endroit incontournable pour qui veut sentir la vie à Jérusalem. Mais ce dont les manuels touristiques ne font pas état, c’est de sa transformation la nuit tombée. « Nous cherchions un endroit pour nous retrouver le soir, faire la fête, nous en avons besoin », souligne Avi, un étudiant de 26 ans. La municipalité dit bingo. Elle y perçoit le double intérêt et de satisfaire une requête de la jeunesse et de faire vivre un endroit naguère lugubre l’obscurité tombée. L’effervescence commerciale fait alors place, et particulièrement jeudi veille de shabbat, à une tout autre frénésie : celle d’une jeunesse en mal d’évasion. Les bars supplantent alors les échoppes traditionnelles et la musique envahit le marché, lequel se mue en dancefloor où se trémoussent des centaines de filles et de garçons. La fête qui se joue là sonne comme un contre-pied de l’image qui se dégage de la « vieille Jérusalem » nimbée de traditions et de spiritualité, à l’opposé de sa voisine, la bouillonnante Tel Aviv.
Tandis que les bars à ambiance du quartier Mahane Yehuda prospèrent par ailleurs, sous la lune, le cœur de Jérusalem bat incontestablement ici.
Un site authentique et tout aussi historique à double face : le jour et la nui
Revenir en haut Aller en bas
Marie-Hélène

avatar

Messages : 57019
Localisation : Plouescat

MessageSujet: Re: Les Bonjours & Bonsoirs Novembre   Lun Nov 06 2017, 07:57

 La ville sainte qui se transforme en souk !!!!Tout au moins la nuit ! Pied de nez vv


Shouk et souk .....C'est presque kif kif !
Revenir en haut Aller en bas
http://copain-d-avant-et-ma.forumgratuit.org/
BOB Morane

avatar

Messages : 820

MessageSujet: Re: Les Bonjours & Bonsoirs Novembre   Mar Nov 07 2017, 07:48


 

 
 

 
 
 
 

 
 
Senteur orientale
 
« En quelle année a été créé le parfum Youth-Dew d’Estée Lauder, particulièrement apprécié par certains.
 
 
 

 
 
Le parfum Youth-Dew a été créé en 1952 par Joséphine Catapano et Ernest Shiftan pour la maison Estée Lauder.
Quand cette société de cosmétiques fut fondée en 1946, les Américaines faisaient preuve d’une certaine passivité à l’égard des parfums.
Les femmes les recevaient en cadeau et ne les choisissaient pas. L’essentiel des ventes était d’origine française.
Pour attirer la clientèle, Estée Lauder proposa tout d’abord une huile de bain parfumée, qui pouvait aussi s’appliquer directement sur la peau.
Cette fragrance orientale, dénommée Youth-Dew, aurait pu se traduire en français par Rosée de jeunesse.
Le succès fut tel qu’il lui assura, l’année de son lancement, 50.000 dollars de chiffre d’affaires.
Cette tendance, en tête des ventes aux États-Unis, a marqué l’histoire de la parfumerie américaine. Estée Lauder attendra quinze ans avant de lancer un nouveau parfum.
 
 
 
 
 

Revenir en haut Aller en bas
Marie-Hélène

avatar

Messages : 57019
Localisation : Plouescat

MessageSujet: Re: Les Bonjours & Bonsoirs Novembre   Mar Nov 07 2017, 07:55

Bisous
Revenir en haut Aller en bas
http://copain-d-avant-et-ma.forumgratuit.org/
BOB Morane

avatar

Messages : 820

MessageSujet: Re: Les Bonjours & Bonsoirs Novembre   Mer Nov 08 2017, 05:44


 

 

 
 
 
 
 
 
 
 
 

 
La fin de l’As des as
 
16 octobre 1917, 8 h du matin. Un communiqué allemand tombe.
Il sera repris par l’ensemble de la presse française. Le 11 septembre dernier, à Poelkapelle en Belgique, Guynemer a été abattu. Le héros n’est plus.
 
 

 
Guynemer décoré par le général Franchey d’Espèrey en juillet 1917.
Symbole de la ténacité, de l’efficacité, de la détermination, du courage, Guynemer est partout, dans les journaux, dans les cérémonies…
Georges Guynemer, le pilote aux 53 victoires.
C’est un paradoxe. Georges Guynemer est le plus célèbre des pilotes, la figure emblématique de l’aviation française, et pourtant ce n’est pas celui qui a obtenu le plus grand nombre de victoires (deuxième meilleur score derrière le Vosgien René Fonck). L’explication est à chercher dans sa vie et son histoire qui en font un héros des temps modernes.
Georges est né à Paris le 24 décembre 1894 dans une famille aisée de l’aristocratie normande. Sa jeunesse se déroule heureuse malgré une santé très fragile. En 1912, il reçoit son baptême de l’air. Cette première expérience est une révélation. Jeune homme fougueux et désireux de servir, deux ans plus tard il décide de devancer l’appel et de souscrire un engagement volontaire au titre de l’infanterie. Sa demande est ajournée en raison de sa constitution fragile (il ne pèse que 43 kg pour 1,74 m). La guerre ne fait que commencer et l’armée peut encore se montrer exigeante quant aux capacités physiques de ses recrues. Ce n’est qu’à sa cinquième demande qu’il peut enfin obtenir satisfaction. Il est envoyé à Pau comme apprenti mécanicien sur avions. La formation est rude et ses emplois de simple soldat souvent ingrats. Toutefois, il met à profit ces premières semaines de vie militaire pour acquérir de solides connaissances techniques qui lui seront utiles plus tard. Il profite également de cette affectation pour effectuer plusieurs vols (comme passager) qui confirment son goût pour l’aviation. Il est désormais déterminé à devenir pilote. Le 23 décembre 1914, il dépose sa demande de mutation pour un centre d’élèves-pilotes. Grâce à l’appui du commandant de sa base, son dossier est accepté un mois plus tard. C’est le tournant décisif de sa vie.
Ses débuts sur le front sont calamiteux. Il accumule les accidents et détruit deux appareils au sol. Védrines, alors au sommet de sa gloire, décide de l’épauler et le prend comme équipier. Guynemer ne pouvait rêver plus prestigieux parrain. Retrouvant confiance, il abat son premier avion le 19 juillet 1915. Le début d’une longue série. Le 24 décembre, il est chevalier de la Légion d’honneur pour quatre victoires remportées en combat aérien et deux « missions spéciales » effectuées dans des conditions rocambolesques. Il vient d’avoir 21 ans.
« Quand on n’a pas tout donné, on n’a rien donné. »
Pendant les batailles de Verdun et de la Somme, il abat 21 appareils ennemis ce qui lui vaut le titre d’as des as, mais aussi de sérieuses blessures. Dès lors, il devient un symbole dont la propagande s’empare sans retenue. Il est vrai que le pilote ne manque pas de qualités et de charisme. Malgré sa faible constitution physique, il fait preuve d’une endurance exceptionnelle. On le voit effectuer des missions longues de 7 à 10 heures. L’énergie qu’il met à les remplir n’a d’égale que son courage. Abattu, sept fois, il repart toujours au combat. Il parachève sa légende dans le ciel. Toujours avec la fameuse escadrille des Cigognes, il s’envole en effet pour Manoncourt. Quatre jours après son arrivée, le 8 février 1917, il abat à Bouconville, un Gotha-Mercedes. Il sera promu capitaine. Le président Poincaré profitera de cette nouvelle promotion pour lui remettre la croix de Saint Georges qui lui avait été accordée par le tsar de Russie. Trois autres appareils seront descendus dans le ciel lorrain. Le 20 août, il abat son 53e avion et dernier homologué (plus une trentaine de victoires probables). Mais sa santé s’étiole, il montre des signes de fatigue inquiétants qui alarment ses proches. Aux conseils de prudence, il répond : « Quand on n’a pas tout donné, on n’a rien donné. »
Tué en plein ciel par une balle ennemie, dans le crash de son avion ou finalement abattu par des tirs d’artillerie dans le no man’s land ? La variation des témoignages et la disparition de toute trace matérielle laissent planer un doute sur les circonstances exactes de sa disparition. Une certitude, sa mort ne met pas un terme à sa légende. Le 30 octobre, il est décidé que son nom serait inscrit au Panthéon.

Par Jérôme estrada
Revenir en haut Aller en bas
Frida oum papa

avatar

Messages : 105

MessageSujet: Re: Les Bonjours & Bonsoirs Novembre   Mer Nov 08 2017, 06:59

Hello, ça va ?

un petit air sympa à mon tour de mettre !

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Revenir en haut Aller en bas
Marie-Hélène

avatar

Messages : 57019
Localisation : Plouescat

MessageSujet: Re: Les Bonjours & Bonsoirs Novembre   Mer Nov 08 2017, 07:53

Une grande figure de l'histoire de l'aviation  super bravo

Une jolie voix !

Histoire d'amour ??????Pas l'air de bien se terminer !!!!! en colère
Revenir en haut Aller en bas
http://copain-d-avant-et-ma.forumgratuit.org/
BOB Morane

avatar

Messages : 820

MessageSujet: Re: Les Bonjours & Bonsoirs Novembre   Jeu Nov 09 2017, 07:39


 

 
   
 
 
 
 
 
 
 
Le Vaucluse divin et du vin
 
 
 

 
Le département provençal offre un remarquable panel de paysages et de produits , avec le vin en premier plan.
 
 
 

 
Les galets obligent la vigne à puiser les ressources en profondeur. ©️ Vaucluse Tourisme
 

 
Visite des vignes à vélo devant le village de Séguret.
 
Par Jean-Charles Verguet
Le Vaucluse ne serait-il l’antichambre du paradis ? Ou mieux, sa concrétisation terrestre ? La lumière, les odeurs, les saveurs, tout participe au bonheur de vivre. Sous le regard impressionnant du mont Ventoux, la nature offre ses bienfaits. De la fraise de Carpentras à la truffe de Richerenches, l’année s’enchaîne avec un fabuleux cortège de produits d’exception : le melon de Cavaillon, la cerise du Ventoux, l’épeautre et la lavande de Sault, les olives de Nyons… Le vin, lui, est présent à chaque instant, presque à chaque étape. Dans la vallée du Rhône, sur les contreforts du Ventoux, dans le Luberon, il trace un chemin délicieux.
Le climat chaud et sec, avec des pluies rares et parfois brutales, le mistral et le Rhône sont les alliés des vignerons. Et cela depuis plusieurs millénaires. Six siècles avant Jésus-Christ, les Grecs ont débarqué à Marseille. Puis ils ont remonté le « fleuve-roi » en plantant la vigne. L’histoire du Vaucluse et de la vigne en vient presque à se confondre, car après les Grecs, les Romains, les papes, les Juifs ont contribué à cette culture. Désormais, les appellations et les AOC rayonnent à travers le monde : Côtes-Du-Rhône, Ventoux, Luberon. Le vin de Châteauneuf-du-Pape a d’ailleurs été la première AOC de France en 1936 !
Les terroirs variés, les dix-huit cépages autorisés, font du Châteauneuf-du-Pape un vin majeur. Il est accompagné de quatre autres crus répartis dans et autour des Dentelles de Montmirail : Gigondas, Vacqueyras, Beaumes-de-Venise et depuis 2010 Rasteau. À côté de ceux-là, 10 des 18 vins qui peuvent porter l’appellation « Côtes-Du-Rhône Villages » sont en Vaucluse : Cairanne, Roaix, Sablet, Séguret, Valréas, Visan, Plan-de-Dieu, Massif-d’Uchaux, Puyméras et Gadagne. Les vins du Luberon prennent places sur 36 communes plus au sud. Quant à l’appellation Ventoux, au centre, elle s’étend sur 51 villages avec pas moins de 140 domaines et 15 caves coopératives !
Les vins rouges dominent. Mais les rosés et les blancs se font de plus en plus leur place. Le Vaucluse est le premier département viticole bio de France avec plus de 9.000 hectares certifiés. Le climat est évidemment un atout. Beaumes-de-Venise, avec son merveilleux muscat, et Rasteau, avec son vin doux naturel de cépage rouge, offrent des variations magnifiques.
Le vin se boit et s’apprécie. Des musées permettent d’en découvrir de nombreux aspects. Des ateliers et des écoles de dégustation mais aussi d’initiation à l’assemblage sont proposés. Le restaurant L’Oustalet à Gigondas, propriété de la famille Perrin qui possède Beaucastel, dispose d’une des plus belles cartes des vins de la région avec 1.200 références ! La cuisine de grands chefs met en lumière les pépites du vignoble. Notamment Édouard Loubet à Bonnieux, Xavier Mathieu au Phébus à Joucas ou Xavier Burelle au Mas des Herbes Blanches, également à Joucas, Prévôt à Cavaillon, Christian Étienne à Avignon ou la Vosgienne Reine Sammut, à La Fenière à Lourmarin…
Le vin se visite aussi. Des sentiers de randonnée passent dans les vignes et de nombreuses propriétés invitent à découvrir leurs produits en passant d’abord par les ceps. À pied, à cheval, à vélo ou même en quad ou en buggy, l’offre est large ! Tout autant dans la façon de se promener que dans les explications et les commentaires. Les vignerons sont évidemment les mieux à même d’expliquer leur travail et leurs vins, mais on peut aussi être accompagné d’un géologue, d’un historien, d’un philosophe, d’un écrivain, d’un sommelier… La meilleure façon de bien appréhender la réalité du vignoble est sans doute de participer aux vendanges. L’immersion permet de comprendre toute la réalité de cet art. Et peut-être de suivre l’exemple de toutes ces personnes qui ont quitté leur métier de banquier, de pharmacien, de patron de supermarché, pour devenir vigneron…
Revenir en haut Aller en bas
Marie-Hélène

avatar

Messages : 57019
Localisation : Plouescat

MessageSujet: Re: Les Bonjours & Bonsoirs Novembre   Jeu Nov 09 2017, 07:59

Pas envie de devenir vigneron !!!!Mais irais volontiers voir si le Vaucluse est vraiment le paradis sur terre ! super bravo
Revenir en haut Aller en bas
http://copain-d-avant-et-ma.forumgratuit.org/
BOB Morane

avatar

Messages : 820

MessageSujet: Re: Les Bonjours & Bonsoirs Novembre   Ven Nov 10 2017, 07:36


 

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

 
 
 
Une vache de collection
 
 
 

 
À Toulon-sur-Arroux (71), Flavien Fuchey possède 35 races différentes de bovins , dont plusieurs sont grandement menacées. Découverte d’un élevage conservatoire unique en France.
 
 
Flavien Fuchey veut rassembler toutes les races françaises dans un seul et même troupeau.
 

 
 
Les poils longs caractéristiques de la highland cattle.
 

 
 
Depuis le début du XX e siècle, la moitié des races de vaches a disparu.
 
 
Par Jean-marc Toussaint

Ça, c’est une casta » explique Flavien Fuchey, en pointant du doigt une vache à la robe châtain, coiffée de deux cornes évasées, en forme de lyre. Cette génisse, originaire de la vallée d’Aur et du bassin de Saint-Girons, dans les Pyrénées, est en grand danger. Il reste moins de 200 spécimens vivants en France, dont celui-ci, qui broute paisiblement l’herbe grasse du pays charolais, à plusieurs centaines de kilomètres de son aire géographique naturelle. Autour de ce bovidé aux yeux cerclés de rose, pâturent une villarde du Vercors, une ferrandaise du massif central, une mirandaise… de Mirande. Toutes ces races ont un point commun, elles sont en voie d’extinction. Et font partie de l’unique collection de vaches connue en France ! Une sorte de conservatoire privé que Flavien Fuchey a créé par passion pour ces ruminants. Son père était éleveur. Lui a grandi au milieu d’un troupeau de charolais. Son amour vache vient de là. « Au début, je me suis concentré sur les races les plus menacées, puis j’y ai ajouté les races régionales à effectif modéré, comme la bretonne à pie noir, l’aubrac, la salers… J’ai même dans le troupeau un auroch que l’on peut considérer comme l’ancêtre de toutes ces vaches », explique cet ingénieur en sciences et techniques, aujourd’hui à la tête d’un parc de loisirs. Après 14 ans de collection, il est parvenu à rassembler 35 races différentes, dont plusieurs étrangères, des galloway, des highland cattle, une bufflonne, et une dexter venue tout droit d’Angleterre… Pour constituer un tel troupeau, il lui a fallu beaucoup de recherches et de patience. L’affaire a été d’autant plus compliquée que Flavien Fuchey n’a souhaité rassembler que des vaches de race pure, au plus près des standards. En clair, des bêtes de concours à l’esthétique irréprochable. Pour y parvenir, il a sillonné les routes de France, visité quantité de fermes, négocié avec des groupements d’éleveurs pour avoir les bonnes infos, au bon moment, sur une naissance, une vente. Un travail colossal, sans équivalent. « Il y a bien ici et là des associations de sauvegarde de telle ou telle race, quelques conservatoires régionaux, mais aucun à l’échelle du pays. L’institut de l’élevage tient à jour un inventaire, mais ça s’arrête là », explique Flavien Fuchey. Désormais, il travaille avec les coopératives d’insémination artificielle locales pour féconder chacune de ses vaches et pérenniser cette collection hors norme qui dispose de 15 ha de prairie et d’une surface équivalente pour le foin et l’hivernage. « J’ai fait construire une petite stabulation, mais il n’y a pas de traite. Toutes mes vaches élèvent leur veau », explique-t-il. Ces races menacées ont toutes été sacrifiées sur l’autel de la rentabilité (lire par ailleurs). Ce qui a abouti à la disparition d’environ la moitié d’entre elles, depuis le début du XXe siècle. « Il en reste 39 à l’inventaire officiel et j’en possède 29. L’objectif à terme est clairement de rassembler toutes les races françaises dans un seul et même troupeau », indique Flavien Fuchey. Aussi, son conservatoire, qui jouxte son parc de loisirs, est-il également un outil de sensibilisation pour le grand public. Le troupeau pâture juste à côté du site qui accueille chaque année quelque 30.000 visiteurs. C’est l’occasion de proposer des visites guidées sur réservation pour les groupes. Histoire de montrer tout l’intérêt qu’il y a à préserver ce pan de la biodiversité.
Revenir en haut Aller en bas
Michel Boisjoly

avatar

Messages : 36601
Localisation : Paris

MessageSujet: Re: Les Bonjours & Bonsoirs Novembre   Ven Nov 10 2017, 09:19

Quand nous ne mangerons plus de viande , que ferons-nous des animaux vieillissants. Hôpitaux animaliers , béquilles,vachères médicalisées et étables de retraite.
Revenir en haut Aller en bas
Marie-Hélène

avatar

Messages : 57019
Localisation : Plouescat

MessageSujet: Re: Les Bonjours & Bonsoirs Novembre   Ven Nov 10 2017, 10:13

J'adore les vaches et leurs grands yeux si doux.....Je comprends bien la passion de ce monsieur !....Jamais beaucoup aimé la viande de bœuf surtout quand j'ai appris que le bœuf en question ,pouvait être des vaches !!!!Avec un époux qui ne veut pas manger d'agneau (trop mignon )Reste plus guère que le porc ...Et à présent le jambon !!!!!
Revenir en haut Aller en bas
http://copain-d-avant-et-ma.forumgratuit.org/
jean

avatar

Messages : 228

MessageSujet: Re: Les Bonjours & Bonsoirs Novembre   Ven Nov 10 2017, 10:22

Si l'agneau est trop mignon,un chevreau ou un cochon de lait feront l'affaire.
Revenir en haut Aller en bas
Marie-Hélène

avatar

Messages : 57019
Localisation : Plouescat

MessageSujet: Re: Les Bonjours & Bonsoirs Novembre   Ven Nov 10 2017, 11:27

Bien entendu vos suggestions,Jean, sont absolument exclues pour les mêmes raisons que l'agneau  en colère en colère en colère en colère
Revenir en haut Aller en bas
http://copain-d-avant-et-ma.forumgratuit.org/
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Les Bonjours & Bonsoirs Novembre   

Revenir en haut Aller en bas
 
Les Bonjours & Bonsoirs Novembre
Revenir en haut 
Page 1 sur 4Aller à la page : 1, 2, 3, 4  Suivant
 Sujets similaires
-
» Lombardsijde novembre 1969 qui se reconnait? B4 pont
» 11 novembre & les Cadets de Marine
» Revue de presse - Novembre 2007
» salon généalogie de NIMES les 12 et 13 novembre 2011
» REP INFO NOVEMBRE 2011 LEGION ETRANGERE

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
copains d'avant et maintenant :: ACTUALITÉS-
Sauter vers: