copains d'avant et maintenant

Lieu de convivialité entre membres de la communauté virtuelle
 
AccueilPortailMembresS'enregistrerConnexion
Qui est en ligne ?
Il y a en tout 5 utilisateurs en ligne :: 1 Enregistré, 0 Invisible et 4 Invités

Claire

Le record du nombre d'utilisateurs en ligne est de 31 le Lun Mai 01 2017, 21:42

Partagez | 
 

 Carnet de voyage ...

Aller en bas 
AuteurMessage
BOB Morane

avatar

Messages : 820

MessageSujet: Carnet de voyage ...   Mar Oct 17 2017, 17:53



Le pays des bayous au parfum de France


« En quelle année la Louisiane est-elle devenue française ?
Est-il vrai que Bonaparte l’a vendue aux États-Unis ? 
Pourquoi ? Reste-t-il aujourd’hui des témoignages de la présence française dans cet État ?
Est-il vrai que le sous-sol regorgeait de pétrole ? »





En 1682, l’explorateur français, Cavelier de La Salle, prit officiellement possession d’un vaste territoire qui s’étendait du Golfe du Mexique aux Grands Lacs, à la frontière canadienne. Il le baptisa Louisiane en l’honneur de Louis XIV, les premiers colons venus du Canada s’y installèrent en 1699 et fondèrent en 1718 la capitale, la Nouvelle-Orléans, pour honorer le régent Philippe d’Orléans.
À la fin de la guerre de Sept Ans, en signant le Traité de Paris en 1763. Louis XV donna l’est du Mississippi à l’Angleterre et l’ouest à l’Espagne. Cette année-là, de nombreux français du Canada (les Acadiens), fuyant l’oppression anglaise, se réfugièrent en Louisiane.
Le 1er octobre 1800, l’ouest de la Louisiane redevint française grâce à un traité secret signé entre le Premier Consul Napoléon Bonaparte et le Roi d’Espagne Charles IV. Le désastre de la reconquête d’Haïti et la menace d’une nouvelle guerre contre l’Angleterre poussa Napoléon à vendre en 1803 la Louisiane aux États-Unis pour la somme de 15 millions de dollars, soit 8 cents l’hectare. Le diplomate Albert Gallatin fut chargé par le président des États-Unis, Thomas Jefferson, de trouver les fonds nécessaires. Très habile, ce haut fonctionnaire du Trésor réussit à obtenir une réduction de 3.750.000 dollars au titre de compensation de dettes contractées par des citoyens français insolvables. La somme dédommageait aussi des prises effectuées sur des navires marchands américains par les corsaires, armés autrefois par l’ambassadeur de France, Edmond-Charles Genêt. Puis il obtint des prêts auprès de deux banques privées à Londres et à Amsterdam.
Au début du XXe siècle, la découverte du pétrole dans le sous-sol permit à la Louisiane de devenir le deuxième état producteur aux États-Unis après le Texas.
La Louisiane conserve de la colonisation française un Code civil en langue française. Les Cajuns, descendants des Acadiens, témoignent aujourd’hui de la présence française en Louisiane.
Le journaliste et écrivain Maurice Denuzière traite avec précision de la découverte, de la colonisation et de la vente de la Louisiane dans un ouvrage paru en 2003 aux Éditions Fayard : « Au pays des Bayous, je te nomme Louisiane ».
Revenir en haut Aller en bas
Marie-Hélène

avatar

Messages : 57206
Localisation : Plouescat

MessageSujet: Re: Carnet de voyage ...   Mar Oct 17 2017, 18:06

Revenir en haut Aller en bas
http://copain-d-avant-et-ma.forumgratuit.org/
Michel Boisjoly

avatar

Messages : 36875
Localisation : Paris

MessageSujet: Re: Carnet de voyage ...   Mar Oct 17 2017, 18:13

La Louisiane française représentait l'équivalent de 6 ou 7 états et pas seulement la Louisiane actuelle. Louis c'est pour Louis XIV.J'ai toujours entendu dire que Napoléon l'avait vendue pour une poignée de haricots. Pour le pétrole je n'en sais rien et à l'époque c'était négatif le pétrole.
Revenir en haut Aller en bas
Marie-Hélène

avatar

Messages : 57206
Localisation : Plouescat

MessageSujet: Re: Carnet de voyage ...   Mar Oct 17 2017, 18:24

Il y avait eu une tractation bizarre avec Napoléon au moment de la vente:effectivement pour pas grand chose !!!!

J'ai eu la curiosité de regarder de plus près cet accordéon "cajun" 


http://accordeonworld.weebly.com/the-cajun-accordeon.html



Revenir en haut Aller en bas
http://copain-d-avant-et-ma.forumgratuit.org/
Michel Boisjoly

avatar

Messages : 36875
Localisation : Paris

MessageSujet: Re: Carnet de voyage ...   Mar Oct 17 2017, 20:56

Napoléon était mort avant la création de l'accordéon .
Revenir en haut Aller en bas
Roberto36

avatar

Messages : 1509
Localisation : Montbéliard

MessageSujet: Re: Carnet de voyage ...   Mar Oct 30 2018, 11:13



 
Cracovie la cité royale
 
La Deuxième ville de Pologne est restée intacte après la Seconde Guerre mondiale.
Elle qui a « fait » le pape Jean-Paul II, a aussi un destin étroitement lié à celui du peuple juif.
 
 

 
 
À la basilique Notre-Dame, toutes les heures, une fenêtre s’ouvre dans une des tours et un trompettiste joue un air connu de tous les Polonais.
Photos Shutterstock
 
 

 
Les avenues de Cracovie sont traversées par un tramway bruyant et désuet, tandis que les équipages de calèches, toute l’année, font visiter la vieille ville.
 
 

 
 
La place principale du ghetto et ses chaises emblématiques, symbole de ce qui est resté après la liquidation en mars 1943.
 
 
Par Karine Frelin
 
Au centre, une vieille ville riante, colorée, poétique, à l’image des grandes cités autrichiennes, hongroises, tchèques. Dans les faubourgs, des immeubles décatis témoins d’un passé communiste encore bien présent. Suivant les contours du parc Planty, un tramway d’un autre âge transporte avec une aisance désuète et bruyante les habitants de cette métropole du sud de la Pologne forte de 800.000 âmes. Les immeubles modernes poussent en permanence comme des champignons à la périphérie, hôtels, banques, enseignes européennes, jusqu’à l’aéroport desservi depuis les plus grandes capitales de l’ouest de l’Europe. Car Krakow, en plus d’être la grande ville de Pologne qui n’a pas subi, comme Varsovie, les affres de la destruction pendant la Seconde Guerre mondiale, déploie sans cesse son lourd et riche passé historique au monde.
 
Cracovie est LA cité royale de Pologne, construite autour de la colline de Wavel, surplombant les méandres de la Vistule. Les rois successifs ont été couronnés à la cathédrale et y sont presque tous enterrés, de même que Lech Kaczinsky, le président mort en 2010 dans un accident d’avion, étonnant pied de nez symbolique au passé et… à la démocratie, après les années de plomb russe : son frère jumeau, Jaroslaw, chef du parti conservateur et véritable homme fort du pays, vient se recueillir sur sa tombe chaque semaine. Le château de Wavel est incontournable pour découvrir, depuis les terrasses, les cloches des innombrables églises, plus de 200, dont 30 rien que dans la vieille ville inscrite au patrimoine mondial de l’Unesco, comme une partie de la Malopolska, la région du sud-ouest de la Pologne.
 
Dans les rues, il n’est jamais rare de croiser hommes en soutane et sœurs en cornette. C’est à Cracovie que les futurs prêtres polonais font leur séminaire, marchant sur les pas de leur éminent aîné : lorsque Jean-Paul II, né à Wadowice, mais formé à Cracovie, revenait dans la ville des rois, il retrouvait une chambre au palais des évêques dont le fronton est toujours surmonté de son portrait. Portrait qui trône aussi à l’entrée de l’église gothique Notre-Dame, située dans un angle de la bouillonnante place du Marché. Cette dernière est une des plus grandes places d’Europe, aboutissement de la voie Royale que remontent les Cracoviens en procession le jour de la fête nationale polonaise, le 3 mai. La ferveur catholique est encore très forte mais la place du Marché recèle aussi un vaste espace commerçant, la halle aux draps, en son centre. Les échoppes s’y succèdent pour vendre châles multicolores, ambre de la Baltique et des multitudes de petits dragons, l’emblème de la ville. Mais ne s’en tenir qu’à cet aspect de Cracovie est réducteur. À 500 m, un autre quartier dévoile un tout autre passé. Actuellement plus prisé des étudiants - Cracovie abrite la prestigieuse université Jagellon qui accueille beaucoup de jeunes Européens en programme Erasmus -, Kazimierz a conservé son patrimoine juif d’avant-guerre. C’est là que vivait, depuis des siècles, la communauté israélite de Cracovie, avant qu’elle soit regroupée de force à partir de 1941 dans le ghetto, de l’autre côté de la Vistule, et liquidée en mars 1943.
 
À Kazimierz, les juifs ont élu domicile dès le XIVe  siècle, y ont construit des synagogues, des mikvés (les bains), fait commerce, enterré leurs morts. Aujourd’hui, impossible de savoir combien de juifs y vivent encore, mais les Cracoviens usent de cet héritage dans le développement touristique de la ville. Un travail mémoriel a néanmoins été réalisé après le tournage de « La liste de Schindler », en 1993 par Steven Spielberg, à Kazimierz et dans l’usine d’Oskar Schindler, réhabilitée en 2010 en musée de la Seconde Guerre mondiale à Cracovie. Le nazi Hans Frank, gouverneur général de Pologne, avait élu domicile au Wavel pour mieux mettre en place « la solution finale » à une cinquantaine de kilomètres de Cracovie, dans les villes devenues tristement célèbres d’Auschwitz et Birkenau…
Revenir en haut Aller en bas
Marie-Hélène

avatar

Messages : 57206
Localisation : Plouescat

MessageSujet: Re: Carnet de voyage ...   Mar Oct 30 2018, 19:11

Faut connaître l'origine de ces chaises pour comprendre l'idée !!!!! en colère
Revenir en haut Aller en bas
http://copain-d-avant-et-ma.forumgratuit.org/
Rosie

avatar

Messages : 42330
Localisation : Danizy

MessageSujet: Re: Carnet de voyage ...   Mar Oct 30 2018, 19:19

Merci Roberto beau reportage .C'est le genre de chose que j'aime .


http://histoire-geographie.ac-dijon.fr/IMG/pdf/shoah_et_hda-3.pdf
Revenir en haut Aller en bas
http://copain-d-avant-et-ma.forumgratuit.org/
Roberto36

avatar

Messages : 1509
Localisation : Montbéliard

MessageSujet: Re: Carnet de voyage ...   Mar Oct 30 2018, 19:21

Pour vous servir mesdames  Bisous
Revenir en haut Aller en bas
Rosie

avatar

Messages : 42330
Localisation : Danizy

MessageSujet: Re: Carnet de voyage ...   Mar Oct 30 2018, 19:22

M-H j'ai mis un lien pour les chaises .
Revenir en haut Aller en bas
http://copain-d-avant-et-ma.forumgratuit.org/
Marie-Hélène

avatar

Messages : 57206
Localisation : Plouescat

MessageSujet: Re: Carnet de voyage ...   Mer Oct 31 2018, 07:57

bjr Bisous A vous deux !
Revenir en haut Aller en bas
http://copain-d-avant-et-ma.forumgratuit.org/
Roberto36

avatar

Messages : 1509
Localisation : Montbéliard

MessageSujet: Re: Carnet de voyage ...   Mer Oct 31 2018, 11:48



Le Colorado : une nature grand format
Peuplé de montagnes incroyables et d’une nature foisonnante, l’État le plus haut des États-Unis étonne par sa richesse de paysages,
sa diversité et son patrimoine minéral. Loin des clichés de la conquête de l’Ouest.
 

 
 
 

 
Le Colorado possède une faune incroyable. les mouflons et les élans côtoient les écureuils et les aigles.
Les aspens, une variété de peupliers, offrent en automne des teintes mordorées incroyables qui méritent à elles seules la visite du Colorado.
Denver, la capitale du Colorado, est surnommée la Mile-High City car son altitude officielle exacte est d’un mile (1.609 m) au-dessus du niveau de la mer.
 
Par Sabine Lesur
 
L’Ouest américain a toujours fasciné les romanciers, de Kerouac à Steinbeck. De son héritage western aux chercheurs d’or. Pourtant, sillonner le Colorado est une promesse tout autre. Cet État, le plus haut des États-Unis, offre mille visages et son lot d’émerveillement. Région nature par excellence, le Colorado possède une diversité de paysages grandioses réellement fascinants, où l’humain se sent minuscule. La surprise commence à Denver, la capitale, surnommée la reine du Colorado. Nichée au pied des mythiques Rocheuses, à 1.609 m d’altitude, dans la vallée de la Platte, cette ancienne citée minière affiche le dynamisme d’une cité moderne agréable. On y arrive par un immense aéroport futuriste entouré de steppes, barrées par des contreforts montagneux imposants. La face orientale des Rocheuses. Cette ville aux allures provinciales épate par son agréable cadre de vie, son musée d’art en forme de flèche signé de l’architecte Daniel Libeskind, doté d’une belle collection d’art amérindien et contemporain. On mesure l’histoire de cette cité, aujourd’hui la plus peuplée du 38e État de l’Amérique, en sillonnant sa partie historique, près de la gare d’Union, magnifique édifice réaménagé en galerie et bars. La cité, qui a vu naître Rockmount Ranch Wear, la chemise à boutons-pressions des cow-boys, offre une belle qualité de vie avec un ensoleillement quasi-permanent.
 
Mais c’est côté nature que le Colorado livre son vrai visage. Au travers de ses parcs naturels et de ses massifs aux relents alpins : 78 des 100 plus hautes montagnes des Rocheuses se trouvent dans le Colorado, dont 57 dépassent les 4.000 m d’altitude ! Les Américains les ont baptisés les fourteeners. Petit périple au cœur des plus attachants d’entre eux. Direction le sud et Colorado Springs, deuxième ville de l’État. La région du Pikes Peak, l’un des plus hauts sommets (4.302 m), et aussi le plus visité des États-Unis, offre des lieux de randonnées incroyables. Tel Garden of the Gods et ses formations géologiques aux teintes rouges et ocre saisissantes. Les Seven Falls, seule cascade de l’État, viennent encore confirmer la générosité du Colorado.
 
En reprenant le périple vers l’ouest, on débouche sur le parc national de Black Canyon of the Gunnison. Un univers de montagnes aux teintes charbonneuses vertigineuses qui s’apprécient d’en haut comme d’en bas. Sur la Gunnison River, depuis un bateau où officie un ranger chevronné aux anecdotes croustillantes, on recommande de sillonner ce canyon escarpé. Effet sérénité garanti ! Plus sensationnel, la Royal Gorge et son pont suspendu. Avec lesquelles rivalisent des tyroliennes idéales pour un vol renversant.
 
Près du comté du Mesa, en remontant vers le nord, c’est un autre Colorado qui se dévoile. Celui des vignes et des vergers. Sillonner la région à vélo sur des circuits menant aux propriétés est une belle manière de les découvrir et de tester vins et produits à base de pêches, fruit local par excellence. Mais quitter le Colorado sans découvrir la terre des aspens serait impensable. Ces arbres, de la famille des peupliers, qui jaunissent en automne, donnent aux paysages des teintes mordorées uniques. Un dernier break s’impose à Pitkin, sorte de Megève bling-bling dévolue aux joies du ski en hiver. Point de départ des photogéniques Maroon Bells, chouchous des chasseurs d’images. Idéal pour le trail, la randonnée et le ski en hiver. Le Colorado a beaucoup à donner, à l’image de son patrimoine minéral aux dimensions XXL vertigineuses et de ses habitants particulièrement accueillants. Un pan de l’Amérique authentique qui met la nature au cœur de ses préoccupations avec habileté.
Revenir en haut Aller en bas
Rosie

avatar

Messages : 42330
Localisation : Danizy

MessageSujet: Re: Carnet de voyage ...   Mer Oct 31 2018, 12:21

Nous aussi en France nous avons notre Colorado .
Revenir en haut Aller en bas
http://copain-d-avant-et-ma.forumgratuit.org/
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Carnet de voyage ...   

Revenir en haut Aller en bas
 
Carnet de voyage ...
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Carnet de voyage d'un capitaine Pirate
» Expo Carnet de voyage en Pays Berry Saint-Amandois
» Carnet de voyage: la Thaïlande
» huiles essentielles et repulsif anti moustique ... voyage
» retour du Sénégal...voyage initiatique

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
copains d'avant et maintenant :: HISTOIRE-
Sauter vers: